Fermer
Histoire 13 mai 2020, 16:30

Coupe de France 1980 : Un duel acharné

Coupe de France 1980 : Un duel acharné
Continuons notre récit à Montbéliard dans le Doubs, puis sur le Rocher, pour un 1/4 de finale de Coupe de France laissant place à une lutte psychologique entre le FC Sochaux et l'AS Monaco.

Après avoir effacé les Dogues de José Arribas au tour précédent, l’AS Monaco hérite pour la deuxième fois d’une équipe de première division. Alors en quête de succès, le FC Sochaux, bataille contre le FC Nantes, l’ASSE et l’AS Monaco pour le podium du championnat.
Quelques années auparavant, les Sochaliens inauguraient leur centre de formation. Celui-ci portait rapidement ses fruits en faisant éclore des joueurs comme Anziani, Genghini ou encore Joel Bats, qui feront finalement les beaux jours du club.

Le surprise Jaune et Bleue

Le 1/4 de final aller prend place au Stade Auguste-Bonal, à Montbéliard, devant 20 000 spectateurs. Comme à son habitude, Gérard Banide opère quelques modifications stratégiques, en défense et en attaque. Son effectif est rodé et lui permet de ne pas perdre la dynamique de groupe même avec des changements.
Mr Delmer donne le coup d’envoi d’une rencontre plutôt fermée, avec une première mi-temps pauvre en occasions. La défense des Jaunes et Bleus fait face aux offensives des asémistes, avec Albert Rust comme leader. Le Mulhousien, joueur le plus capé du club avec 455 apparitions, deviendra Champion d’Europe et Champion Olympique avec la France en 1984.
Il faut attendre la seconde mi-temps pour voir les Lionceaux réagir et inscrire le seul et unique but de la rencontre. C’est Patrick Revelli, arrivé au club en 1978 depuis l’AS Saint-Etienne, qui se charge du travail à la 54e minute de jeu.

Des Rouge et Blanc revanchards

Le 13 mai 1980, les asémistes sont déterminés à se rattraper sur leurs terres. Delio Onnis transforme d’ailleurs cette volonté à la demi-heure de jeu. L’italo-argentin glorifie de la tête un centre de Couriol sur le côté droit. Véritable renard des surfaces et réputé pour son grand opportunisme, il est encore à l’heure actuelle le meilleur buteur de Ligue 1 avec 299 buts.
Même scénario que pour le match précédent, aucun autre but ne vient s’ajouter au tableau des scores, ni à la fin du temps réglementaire, ni même après 120 minutes de jeu.
La séance de tirs au but est alors prononcée par Mr Didier. Delio Onnis ouvre le bal avec le premier but pour les Rouge et Blanc. Quelques minutes plus tard, Zvonko Izevic, le Serbe, rate son penalty et permet à l’AS Monaco de se qualifier en 1/2 finale de Coupe de France !
L’année suivante, les Lionceaux vivront une belle campagne européenne en atteignant les 1/2 finales de Ligue Europa contre Francfort.

L'AS Monaco utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur). En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.