Fermer
Histoire 16 août 2019, 18:09

FC Metz - AS Monaco : souvenirs, souvenirs

FC Metz - AS Monaco : souvenirs, souvenirs
Retour sur les confrontations marquantes entre le FC Metz et l'AS Monaco avant la confrontation de ce samedi 20h.

FC Metz – AS Monaco est l’une des plus anciennes affiches de Ligue 1. Les deux clubs se sont affrontés 47 fois au Stade Saint-Symphorien toutes compétitions confondues, pour 20 victoires des Lorrains, 13 victoires de l’AS Monaco et 14 matchs nuls. Parmi ces nombreuses confrontations entre les deux clubs, certaines ont marqué les esprits…

2016/2017: Un match historique

Pour les supporters rouge et blanc, le FC Metz – AS Monaco de 2016-2017 demeure historique. Il s’agit en effet de la plus grande victoire à l’extérieur (0-7) de l’histoire des Rouge et Blanc, avec un doublé de Guido Carillo, mais aussi grâce à Gabriel Boschilia auteur d’un somptueux piqué sur Thomas Didillon. Prêté cette saison au FC Metz, Kevin N’Doram était aussi présent lors de ce match, il était entré en jeu dès le début de la seconde période. 

Glik lors de la victoire 7-1 en terre messine

1987/1988 : La consécration pour une génération en or

Les supporters un peu moins jeunes n’ont quant à eux pas oublié le 21 Mai 1988, jour du cinquième sacre de l’AS Monaco. L’AS Monaco avait marqué de son empreinte la saison 1987-1988 en étant leader pendant 37 journées consécutives, mais c’est lors d’un déplacement à Saint-Symphorien que les Rouge et Blanc avaient décroché le graal malgré un match nul (2-2). Ancien messin, Jean-Philippe Rohr avait trouvé le chemin des filets ce jour-là, avant de fêter cela comme il se doit dans les vestiaires avec la délégation monégasque. Quelques semaines plus tard, Metz remportait la Coupe de France en battant Sochaux en finale.

1983/1984 : Un goût d’inachevé

Il fallait bien un mauvais souvenir sur l’ensemble des matchs entre les deux formations, mais ce n’est pas à Saint-Symphorien que nous l’avons trouvé. En 1984, le FC Metz et l’AS Monaco s’affrontent au Parc des Princes en finale de la Coupe de France. L’AS Monaco fait un beau parcours en ne concédant aucune défaite lors des différents tours. Les matchs de coupe se disputaient sur des doubles confrontations à cette époque. Cette fois-ci, Jean-Philippe Rohr évoluait dans les rangs messins, de même qu’un autre futur monégasque en la personne de Luc Sonor. Favoris mais tenus en échec durant le temps réglementaire, les Monégasques se faisaient surprendre durant la prolongation avec des buts de Philippe Hinscherber et Tony Kurbos (éphémère attaquant de l’AS Monaco, auteur de 14 matchs sous le maillot rouge et blanc en 1989). Les Messins soulevaient alors la Coupe de France pour la toute première fois, avant d’en faire de même quatre ans plus tard (ci-dessus).

1950/1951 : Un Battiston en cache un autre

Enfin, nous nous sommes intéressés à la toute première confrontation entre les deux équipes, datant de 1950 alors que Messins et Monégasques évoluaient en Deuxième Division. Celle-ci est symbolique à double titre. Outre le fait qu’elle ait été la première, et qu’elle déboucha sur une large victoire messine (3-1), notons que son héros, auteur d’un triplé ce jour-là, n’est autre qu’un certain Raymond Battiston, dit « Kéko », oncle de Patrick, formé à Metz, héros malheureux de la Coupe du Monde 1982 et surtout champion de France 1988 avec l’AS Monaco. 

L'AS Monaco utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur). En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.