Fermer
Interview 02 octobre 2019, 21:59

Bertrand Reuzeau : "Réfléchir, évoluer, s’adapter"

Bertrand Reuzeau : "Réfléchir, évoluer, s’adapter"
De retour à la direction de l’AS Monaco Academy cette saison, Bertrand Reuzeau évoque ses objectifs, les anciens de 2004, mais aussi l’équilibre entre un passé glorieux et un avenir qui reste toujours à construire.

Bertrand, vous effectuez votre retour à la direction de l’AS Monaco Academy cette saison, avec quel objectif ?
L’objectif est toujours le même. Un jeune qui rentre dans l’Academy doit avoir un cursus progressif. Il doit franchir les étapes au fur et à mesure avec l’objectif d’atteindre à terme l’équipe première. Pour cela nous avons besoin de temps parce que la formation c’est ça aussi, c’est avoir de la patience, du temps pour que tout puisse se mettre en place. L’idée est aussi de retrouver un élan au niveau de nos jeunes dans les diverses sélections nationales.

Pourtant l’AS Monaco a toujours eu des jeunes internationaux dans ses rangs…
Oui, c’est un fait, mais il faut que nous en ayons encore plus, des U16 aux U19, mais aussi chez les Espoirs, voire même les A quand nos jeunes arrivent et performent au niveau professionnel. Quand vous touchez ces sélections-là, généralement vous avez des joueurs de top niveau. C’est ce que nous recherchons, de la qualité en quantité.

Leur carrière de joueurs de top niveau et l’expérience qu’ils ont pu acquérir au niveau international leur permet de délivrer des messages qu’eux seuls peuvent délivrer.
Bertrand ReuzeauDirecteur de l'AS Monaco Academy

Vous avez retrouvé un club en pleine évolution, notamment au niveau des infrastructures. On imagine que vous portez un regard très positif sur les chantiers en cours : Le Centre de Performance de La Turbie et La Diagonale, qui accueillera l’AS Monaco Academy d’ici quelques mois…
Plus qu’une évolution, je parlerais d’un développement. Et bien entendu c’est très positif ! Avec la livraison de La Diagonale nous bénéficierons d’un superbe outil, une structure moderne qui va nous faire passer un nouveau cap. Et que dire du chantier de La Turbie, ce magnifique Centre de Performance montre que le club se donne les moyens de réussir, chez les pros comme à l’Academy.

La Diagonale continue de « pousser » face aux arches du Stade Louis-II.

Cela se traduit aussi par des moyens humains accrus depuis plusieurs saisons…
C’est exact sur le plan administratif comme sur le plan sportif. Outre la compétence, qui a toujours été au rendez-vous en matière de formation, nous pouvons aujourd’hui nous appuyer sur des staffs plus homogènes et plus complets. L’AS Monaco continue de grandir et en tirera des résultats très positifs d‘ici quelques temps.

Au sujet du staff de l’Academy, vous avez nommé Ludovic Giuly au poste d’adjoint de David Bechkoura avec l’équipe National 2, renforçant ainsi la présence de la « Génération 2004 » auprès des jeunes talents du club…
J’avais initié ce mouvement-là il y a deux, trois ans, en intégrant Gaël Givet et Sébastien Squillaci. Flavio Roma a suivi chez les gardiens et puis Ludo cette année… Leur carrière de joueurs de top niveau et l’expérience qu’ils ont pu acquérir au niveau international leur permet de délivrer des messages qu’eux seuls peuvent délivrer.

Il faut aussi savoir grandir, se développer, se réinventer. Il y a un véritable historique de la formation à l’AS Monaco, des champions du monde y ont été formés, ce qui n’est pas rien, mais vivre dans le passé c’est dangereux.
Bertrand ReuzeauDirecteur de l'AS Monaco Academy

On imagine en effet que leur parole « pèse » auprès des jeunes…
Pour moi c’est vraiment quelque chose d’hyper important, surtout dans un centre de formation comme celui de l’AS Monaco. On parle ici de développer des joueurs pour le très haut niveau et dans « très haut niveau » on parle des plus grandes compétitions internationales. Tant qu’on ne l’a pas touché du doigt il est difficile de l’appréhender, mais à travers le vécu de Ludo, Gaël, Sébastien et Flavio, à travers les messages qu’ils passent aux jeunes, on leur donne des clés pour y parvenir.

Si l’AS Monaco est une référence en matière de formation depuis plus de quarante ans, comment continuer à se démarquer dans ce domaine face à la concurrence accrue des autres clubs, qui investissent massivement dans la formation des jeunes talents aujourd’hui ?
Être un centre de formation reconnu depuis de nombreuses décennies est très important, cela apporte une grande crédibilité. Après, il ne faut pas oublier que tout le monde travaille, que le monde évolue, que le foot évolue… Il faut aussi savoir grandir, se développer, se réinventer. Il y a un véritable historique de la formation à l’AS Monaco, des champions du monde y ont été formés, ce qui n’est pas rien, mais vivre dans le passé c’est dangereux.


Comment éviter ce piège ?
Il faut toujours réfléchir, évoluer, s’adapter pour éviter de stagner, car quand on stagne, on finit toujours par régresser. La formation fait partie de l’ADN de l’AS Monaco, ce savoir-faire qui est le résultat de plusieurs décennies d’un travail de grande qualité réalisé par le club. Il n’est surtout pas question de renier ce capital, mais de s’appuyer dessus pour avancer. C’est une alchimie à trouver, mais c’est important aussi ne pas louper le train ou en descendre parce qu’après ça peut nous créer des difficultés. Quand on voit tous les autres clubs français et étrangers qui se développent dans ce domaine, il faut être vigilant et très lucide pour rester dans le bon wagon.

L'AS Monaco utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur). En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.