Fermer
U19 29 avril 2022, 12:02

Frédéric Barilaro : "Être respectueux, bienveillant et à l'écoute"

Frédéric Barilaro : "Être respectueux, bienveillant et à l'écoute"
Les U19 sont assurés de disputer les phases finales du championnat de France du haut de leur titre de champion du groupe D. Frédéric Barilaro, le chef d'orchestre de la jeunesse monégasque, nous a consacré quelques minutes avant de lancer sa séance d'entraînement à Saint-Jean pour préparer le derby à Nice de ce dimanche. Entretien.

Félicitations Frédéric pour cette première place du groupe D assurée à deux journées de la fin du championnat, vous jouerez les « play-offs ». Quel regard portes-tu sur ces derniers mois de compétition ?

On a eu une première partie de saison compliquée, avec un groupe très jeune. On a perdu deux fois face à des concurrents directs, à Saint-Etienne (0-2) et à Montpellier (0-1), mais il y a tout de même eu certains matchs intéressants, avec du contenu. C’est à partir du mois de janvier que j’ai senti une progression. On voulait de l’intensité dans le jeu, jouer vers l’avant le plus souvent possible, être présents dans les transitions… et ça, on commence à bien le faire. On a gagné de gros matchs à domicile en battant notamment Montpellier 4-0.

En 2020 déjà, ton groupe était invincible, avant l’arrêt total des compétitions dû à la crise sanitaire. Quelles sont les différences entre les deux groupes que tu as dirigés ?

En 2020, on était invaincus effectivement quand tout s’est arrêté au mois de mars : premiers en championnat et qualifiés pour les quarts de finale de la coupe Gambardella (À voir : « Academy Project » ci-dessous). Le groupe était plus vieux, plus mature avec beaucoup de deuxièmes années, c’était différent. Cette saison le groupe est beaucoup plus jeune, par conséquent plus immature. Ce n’est pas un groupe facile à gérer au quotidien, c’est un groupe qui est déterminé, qui a envie, qui a du caractère. Il y a beaucoup de personnalités et de la qualité aussi. Ce groupe vit… et ça se ressent pendant les matchs. Ça n’échappera à personne mais un groupe se crée avec les résultats.

Vous avez été éliminés par l’OL aux penaltys en coupe Gambardella en février malgré une prestation de qualité au Louis-II. Comment avez-vous utilisé cette élimination pour faire progresser le groupe ?

On s’est appuyé effectivement sur ce match, surtout la deuxième mi-temps, car le contenu était intéressant. L’envie d’aller haut, de presser haut, de récupérer le ballon haut, de mettre beaucoup d’intensité. On a tiré profit de ces principes pour gagner des points importants en championnat.

Comment abordez-vous la phase finale et le quart de finale à domicile programmé le 22 mai prochain (le deuxième du groupe A) ?

Déjà il nous reste deux gros matchs à disputer dans ce groupe D : un derby à Nice et la réception du TFC qui est actuellement deuxième. Il faut garder l’état d’esprit qui nous anime depuis quelques mois, en travaillant au quotidien à l’entraînement et dans nos deux matchs encore à jouer afin de préparer au mieux le quart. Ce sera sur un match où tout peut s’arrêter. On aura la chance de recevoir. Nous sommes satisfaits d’être champion à deux journées de la fin, c’est bien et c’est top de jouer une phase finale pour les jeunes, ce sont des matchs à enjeux. Ne pas oublier que nous travaillons au quotidien pour former de jeunes footballeurs, mais on forme surtout des compétiteurs. Ce groupe à ça en lui, ils contestent tout, le moindre petit jeu entraine duels et compétitivité… c’est une qualité.

1 / 4

Tu as formé des générations et des générations de footballeurs depuis maintenant plusieurs décennies, quels sont les conseils précieux que vous tentez de transmettre au quotidien à l’actuelle génération ?

Il ne faut pas brûler les étapes. Les jeunes sont souvent trop impatients et veulent signer un contrat pro tout de suite… Aujourd’hui, avec le joueur, il faut convaincre l’entourage, les parents. Il y a de plus en plus de monde qui gravite autour des jeunes et ça brouille le message que l’on transmet au quotidien. Le référent, ça doit rester le formateur. Il doit y avoir du respect et savoir recentrer les débats. Il faut que les jeunes se posent les bonnes questions, qu’ils s’interrogent sur leur performance et qu’ils arrêtent de se comparer constamment aux autres. J’aimerais qu’ils aient tous la bonne attitude, car c’est le plus important. Si tu veux progresser et avancer dans le monde du football, il faut avoir la bonne attitude dans les séances d’entraînement, au quotidien. Être bienveillant, être respectueux, être à l’écoute… Ce sont ces joueurs-là qui réussissent aujourd‘hui.

 

Rise. Risk. Repeat.

Mais au fait, à quoi servent vos cookies ? 🤔

Vous les acceptez plusieurs fois par jour sur les différents sites que vous consultez. Mais que savez-vous d’eux ? Les cookies ne se mangent pas évidemment, et ils ne sont pas dangereux non plus. Ils nous aident simplement à personnaliser votre expérience sur internet. Lorsque vous visitez asmonaco.com, ces derniers nous permettent d’abord d’analyser l’audience et les performances du site. Et ils nous servent surtout à vous proposer des publicités et des contenus qui correspondent à ce que vous aimez. Sachez que vous pouvez à tout moment modifier vos préférences, grâce à la réglementation sur la protection des données personnelles. Ou bien contacter notre équipe pour toute précision. Merci pour votre confiance !

Cookies strictement nécessaires
Ces cookies nous permettent de vous proposer une utilisation du site optimale. Ils n'utilisent pas de données personnelles.
Cookies statistiques
Ces cookies nous permettent de mesurer et analyser le trafic de notre site web. Les données ne sont pas transmises à des tiers.
Cookies tiers
Ces cookies nous permettent principalement de vous proposer des publicités ciblées.