Fermer
Interview 07 avril 2022, 10:06

Quand un détenteur du Fan Token $ASM interviewe Ruben Aguilar

Quand un détenteur du Fan Token $ASM interviewe Ruben Aguilar
Détenteur d'un Fan Token $ASM et vainqueur du tirage au sort, Christopher, supporter de l'AS Monaco, a eu la chance d'interviewer Ruben Aguilar au Centre de Performance de La Turbie. Découvrez cet entretien.

Un moment inoubliable. Il y a quelques jours, Christopher a eu le privilège de se rendre au Centre de Performance de La Turbie pour y rencontrer Ruben Aguilar. Pendant plusieurs minutes, posé dans l’Auditorium où ont d’habitude lieu les conférences de presse d’avant-match, ce détenteur d’un Fan Token $ASM, qui a participé à la consultation pour choisir le joueur que les supporters souhaitaient interviewer, a pu poser toutes ses questions au latéral droit de l’AS Monaco. Un échange sincère, qui a donné lieu à beaucoup de sourires et qu’on vous propose de revivre ci-dessous.

Il reste encore beaucoup de points en jeu et nous sommes toujours dans le wagon pour une place européenne. Je pense que c’est largement à notre portée. A nous de répéter la prestation contre Paris, et derrière on s’ouvrira davantage de possibilités.
Ruben AguilarDéfenseur de l'AS Monaco

Bonjour Ruben. Pour commencer, quelle est ta réaction quand tu vois autant de supporters présents à l’extérieur, comme à Metz dimanche ?

C’est vrai qu’il y a beaucoup de fans de l’AS Monaco un peu partout. Quand tu vois la ferveur qu’il y a, à chaque fois dans le kop monégasque pour nous soutenir, c’est top ! Il y a une grosse communauté en France et à l’international. Quand on se déplace, c’est plein, et ça fait vraiment plaisir.

Tu reviens très bien ces dernières semaines. Rêves-tu d’un retour en équipe de France d’ici la Coupe du monde ?

C’est une question compliquée (sourire) ! Avant cela, il faut que j’enchaîne les matchs et les bonnes performances. Mais je pense qu’au fond, chaque joueur qui peut représenter le pays a envie d’y croire. Je vais me donner les moyens. En tout cas, ça passera par une belle fin de saison avec l’AS Monaco. Après, honnêtement, j’essaye de ne pas y penser, et de me concentrer à 100% sur mon club. Si tu es performant et que tu joues le haut de tableau, pourquoi pas postuler. On ne sait jamais.

La victoire récente contre le PSG n’a-t-elle pas laissé des regrets sur l’ensemble de la saison ?

Elle n’est pas terminée ! Il reste encore beaucoup de points en jeu et nous sommes toujours dans le wagon pour une place européenne. Je pense que c’est largement à notre portée. A nous de répéter la prestation contre Paris, et derrière on s’ouvrira davantage de possibilités. Je peux comprendre la frustration des supporters suite aux deux éliminations en Coupe de France et en Ligue Europa, et même des joueurs et du staff ! Quand on est capable de montrer un tel visage, on peut avoir quelques regrets. Mais je le répète, la saison n’est pas finie, il y a encore un mois et demi de compétition et il y a encore quelques belles choses à aller chercher. Crois-moi, on est dedans !

Pour revenir à toi, quel est ton plus beau souvenir en carrière pour le moment ?

(Sans hésiter) Forcément, ma première convocation en équipe de France ! Clairefontaine c’était une expérience incroyable. On n’a pas le temps de cogiter, de se demander si on a réellement le niveau, car on est directement dans le bain, on s’entraîne tout de suite. C’est agréable, on a une sensation de bien-être que j’ai rarement ressentie dans le football. Et j’espère en vivre d’autres ! En tout cas, c’est mon plus beau souvenir.

N’y a-t-il pas eu la tentation de jouer pour l’équipe d’Espagne, par rapport à tes origines ?

Parfois en rigolant j’ai pu dire à ma femme : « Je vais aller jouer pour l’Espagne ! (sourire) ». Et peut-être même que si j’avais pu jouer pour la Bolivie, j’y serais allé (rires) ! Y’a eu une belle histoire avec ça, ça a fait parler de moi là-bas, c’était drôle. Mais blague à part, même si mon père est espagnol, personnellement je suis né en France, j’ai grandi ici, ce pays m’a tout donné, donc c’était un rêve et une évidence de jouer pour les Bleus.

Après ton passage à Montpellier, tu as eu des sollicitations. Pourquoi avoir choisi l’AS Monaco ?

Parce que c’est un club prestigieux dans le championnat de France ! Une institution avec une grande histoire, donc pour moi c’était un choix évident de rejoindre l’AS Monaco. Le fait de ne pas quitter la Ligue 1, un championnat que je connais bien, a aussi joué. Et puis l’arrivée de Ben (Benjamin Lecomte), juste avant moi, a joué aussi. Quand Monaco m’a appelé, c’était clair de mon côté.

Ce qui m’importe, c’est d’apporter ma grinta. Chacun a ses qualités, mais à ce niveau-là je pense être irréprochable. Quand je joue c’est vraiment à 300% ! Par exemple, le match de Paris, j’ai mis quatre jours à m’en remettre (rires). Je me sentais hyper bien pendant le match, mais après j’étais cuit.
Ruben AguilarDéfenseur de l'AS Monaco

Comment gères-tu la frustration sur le terrain quand on n’exploite pas correctement une de tes passes ?

Quand on gagne le match, c’est plus simple, on oublie tout. Mais dans tous les cas, je ne vais jamais crier sur un coéquipier, parce qu’il a loupé quelque chose. Jamais je ne ferai ça ! Au contraire, j’essaye d’amener une énergie positive sur le terrain. Ce qui m’importe, c’est d’apporter ma grinta. Chacun a ses qualités, mais à ce niveau-là je pense être irréprochable. Quand je joue c’est vraiment à 300% ! Par exemple, le match de Paris, j’ai mis quatre jours à m’en remettre (rires). Je me sentais hyper bien pendant le match, mais après j’étais cuit.

Pour parler un peu d’autre chose que du foot, qu’aurait été Ruben Aguilar, s’il n’avait pas été footballeur ?

On me pose souvent cette question, même dans ma famille (sourire). Quand j’étais petit, je ne rêvais que de ça ! A l’école, quand j’étais en CM2, la maîtresse me demandait ce que je voulais faire et je disais footballeur. Elle me répondait : « Ce n’est pas un métier ça Ruben ! ». Et je lui disais que si. Ensuite pompier, c’est un métier que j’ai toujours voulu faire aussi. Ou alors dans le foot, kinésithérapeute ou préparateur physique, ça aurait pu me plaire. Après ma carrière, je ne sais pas ce que je ferai. Je pense que je prendrai déjà du temps avec ma famille, car on ne s’en rend pas forcément compte, mais on rate des moments ! Des anniversaires, des repas, des naissances pour certains… Je vais tout faire pour ne pas rater celle qui m’attend (sourire) ! Voyager, profiter de mes proches et puis peut-être rester dans le football, mais plus avec les petits, à la formation. Peut-être barber, j’aime bien coiffer aussi (rires) !

Quelle musique ambiance le vestiaire en ce moment et qu’est-ce que tu aimes écouter ?

J’ai une playlist en ce moment… Ma chanson numéro une, c’est Francis Cabrel – La Corrida (sourire) ! Celle-là elle me motive, je ne sais pas pourquoi. Mon père me la faisait écouter quand j’étais petit, du coup je me la passe avant chaque match. Après il y a des sons latinos que Guillermo Maripán aime bien passer et que je kiffe. Ça bouge un peu. Ensuite il y a Phil Collins aussi, In the air tonight, qui passe dans Very Bad Trip. Après j’aime tous les sons, si tu me mets du rock, j’aime bien.

Pour finir, quel est le dernier film que tu as vu ?

Quand tu es père, c’est compliqué ! C’est top, mais c’est dur (sourire). Mais le dernier film que j’ai vu c’est Five, avec Pierre Niney. J’aime bien aussi parfois les gros films américains ou ça déménage. En revanche ça fait très longtemps que je ne suis pas allé au cinéma ! Depuis que ma petite est née, et elle a 3 ans et demi, je n’y suis pas allé. Après c’était difficile avec le Covid, la crise sanitaire… J’aimerais bien voir Batman, mais 3h c’est trop long !

Rise. Risk. Repeat.

Mais au fait, à quoi servent vos cookies ? 🤔

Vous les acceptez plusieurs fois par jour sur les différents sites que vous consultez. Mais que savez-vous d’eux ? Les cookies ne se mangent pas évidemment, et ils ne sont pas dangereux non plus. Ils nous aident simplement à personnaliser votre expérience sur internet. Lorsque vous visitez asmonaco.com, ces derniers nous permettent d’abord d’analyser l’audience et les performances du site. Et ils nous servent surtout à vous proposer des publicités et des contenus qui correspondent à ce que vous aimez. Sachez que vous pouvez à tout moment modifier vos préférences, grâce à la réglementation sur la protection des données personnelles. Ou bien contacter notre équipe pour toute précision. Merci pour votre confiance !

Cookies strictement nécessaires
Ces cookies nous permettent de vous proposer une utilisation du site optimale. Ils n'utilisent pas de données personnelles.
Cookies statistiques
Ces cookies nous permettent de mesurer et analyser le trafic de notre site web. Les données ne sont pas transmises à des tiers.
Cookies tiers
Ces cookies nous permettent principalement de vous proposer des publicités ciblées.