Fermer
Supporters 08 novembre 2020, 10:00

Alexia Barrier : "Mon premier Vendée Globe et le derby"

Alexia Barrier : "Mon premier Vendée Globe et le derby"
Pour célébrer la présence systématique de nombreux supporters monégasques dans les parcages à l’extérieur (hors période de Covid), asmonaco.com vous propose avec Triangle Intérim une série dédiée aux soutiens des Rouge et Blanc partout en France, avec le portrait d’un fan avant chaque déplacement. Cinquième épisode aujourd’hui avec une invitée un peu spéciale.

C’est un Partout toujours qui sort de l’ordinaire. Peut-être parce qu’avant un derby, on aime toucher du doigt l’étonnant, le passionnant, l’aventure voire l’irrationnel. Une aventure, Alexia Barrier va en vivre une fantastique dès ce dimanche, au sortir du chenal des Sables-d’Olonne. Cette skipper aguerrie, qui entretient un lien très fort avec l’AS Monaco, va en effet s’élancer pour la course la plus importante de sa carrière de sportive de haut niveau. Son premier Vendée Globe, à bord de son monocoque TSE – 4myplanet. Un tour du Monde sans escale et sans assistance dont elle va donner le coup d’envoi peu avant le derby entre l’OGC Nice et l’AS Monaco.

Un périple de trois mois… avec le maillot de l’AS Monaco

Celle qui a démarré la voile à l’âge de trois ans avec ses parents, avant de toucher à pas mal de sports à haut niveau (basket, athlétisme, équitation entre autres), sait pour quelles couleurs elle naviguera en ce dimanche un peu spécial pour elle, mais aussi pour sa Côte d’Azur natale. C’est ainsi avec le maillot des Rouge et Blanc sur les épaules, floqué à son nom, qu’Alexia Barrier s’élancera pour le défi le plus incroyable de sa vie, aux alentours de 13h. Un périple de trois mois en solitaire, qu’elle rêve de mener à son terme sans encombres, comme six des sept femmes qui ont déjà tenté l’expérience avant elle.

Rencontre avec une passionnée de sport, amoureuse de l’AS Monaco, qui a dédiée sa vie à la voile et à la planète, par le biais de son association fondée il y a dix ans en Principauté. Une supportrice de choix, qui part à l’assaut de « l’Everest des mers ».

Bonjour Alexia. Tout d’abord, quel est votre lien avec Monaco ?

Mon association 4myplanet est installée à Monaco depuis 10 ans et j’ai grandi à Nice, même si aujourd’hui j’habite à côté d’Antibes, à Biot. Donc je suis vraiment de la région et j’ai toujours eu un faible pour l’AS Monaco.

D’où vient votre attachement à l’AS Monaco, en dehors du fait que votre association y est basée ?

Je n’ai jamais été fan de l’OGC Nice, ça c’est certain. Pour moi l’AS Monaco c’est un club qui répond à différents challenges, au niveau financier, au niveau de la formation et du management. Le football c’est un sport qui inspire aussi beaucoup d’enfants. Je trouve que ce club véhicule de belles valeurs aussi au niveau des jeunes, de l’éducation via l’Academy, même si ce n’est pas toujours évident. Je trouve également que l’attitude des supporters de Monaco est exemplaire, à l’image de leur club et je trouve ça assez génial, donc c’est pour ça que j’aime bien venir voir des matchs au Stade Louis-II quand j’en ai l’occasion, hors période de Covid évidemment, pour prendre des nouvelles de ce club de l’AS Monaco que je suis, même quand je suis loin.

Vous parliez de la formation et du travail du club au niveau de l’éducation des jeunes, c’est quelque chose qui vous parle ?

Oui c’est très important pour moi. Je sais aussi que l’école de foot chez les plus jeunes est ouverte aux filles également et je trouve que ça montre une image d’ouverture. C’est important qu’il y ait de la mixité et d’intégrer ce principe progressivement au niveau de la formation. Mais évidemment se battre pour l’éducation des plus jeunes, c’est une des valeurs les plus importantes à mes yeux pour un club.

Je connais la difficulté d’être au haut niveau et surtout d’y rester. C’est finalement ça le plus dur, la constance au plus haut niveau et c’est encore plus compliqué quand on est en équipe, car ça dépend beaucoup de l’engagement, de la motivation et de la forme des uns et des autres. Donc c’est un vrai challenge à travers les années et même les décennies de rester à haut niveau et je tire mon chapeau aux équipes qui y parviennent et aux coachs qui font en sorte que ce soit possible.
Alexia BarrierSkipper de TSE - 4myplanet

On parlait du Stade Louis-II, avez-vous des souvenirs en particulier en tête ?

Je n’ai pas toujours la mémoire des équipes affrontées lorsque j’y vais, mais si j’ai un souvenir c’est celui de la ferveur des supporters de l’AS Monaco. Ce qui est étonnant je le conçois, car le stade à domicile n’est pas toujours plein, mais je trouve ces supporters assez exemplaires car ils ne lâchent jamais rien. Ils sont toujours là, et ce n’est pas toujours facile vu qu’il n’y a pas forcément beaucoup de monde dans le stade, mais c’est ce que je retiens avant tout des matchs de l’AS Monaco.

C’est un club aussi très performant historiquement au niveau national et dans les coupes d’Europe. Est-ce quelque chose qui vous parle en temps que sportive de haut niveau ?

Je connais la difficulté d’être au haut niveau et surtout d’y rester. C’est finalement ça le plus dur, la constance au plus haut niveau et c’est encore plus compliqué quand on est en équipe, car ça dépend beaucoup de l’engagement, de la motivation et de la forme des uns et des autres. Donc c’est un vrai challenge à travers les années et même les décennies de rester à haut niveau et je tire mon chapeau aux équipes qui y parviennent et aux coachs qui font en sorte que ce soit possible. Parce que les joueurs ce sont souvent eux qui sont mis en lumière, mais il y a aussi un staff et un entraîneur derrière qui travaillent dur pour qu’ils soient performants.

Des joueurs vous ont-ils marqué à l’AS Monaco ?

Ludovic Giuly forcément qui a été un joueur exceptionnel, et qui a marqué l’histoire du club. Plus récemment Kylian Mbappé aussi, qui est un joueur qui a du charisme. Et justement pour revenir à l’éducation et aux jeunes, qui garde les pieds sur terre et qui est un bon exemple pour les jeunes dans le sport et dans la société en général.

C’est l'épreuve la plus dure au monde je pense, tous sports confondus, car cela se passe en solitaire, on est très engagé et surtout il n’y a pas d’assistance. Quand on va être au sud de l’Océan indien ou du Pacifique, il n’y aura aucun secours, si ce n’est les autres concurrents qui peuvent éventuellement nous apporter une aide. Les secours peuvent mettre eux une semaine à nous retrouver dans cette partie-là du globe, si jamais on a un problème.
Alexia BarrierSkipper de TSE - 4myplanet

Parlons maintenant de votre projet de disputer le Vendée Globe. Vous êtes à l’aube d’une aventure extraordinaire…

Dès toute petite j’ai adoré la mer. À l’âge de dix ans, j’ai vu le départ du premier Vendée Globe à la télévision (en 1989, ndlr) et je pense que je me suis dis à ce moment-là : « Un jour ce sera mon tour de faire le tour du Monde à la voile en solitaire ». Après j’ai poursuivi mes études en continuant à faire de la voile à haut niveau en équipage. Et à 25 ans quand j’ai terminé mes études, j’ai trouvé mon premier sponsor et j’ai démarré la course au large en solitaire avec une mini transat, qui partait à l’époque de La Rochelle pour arriver au Brésil. Et depuis je ne me suis jamais arrêtée, j’ai fait 17 courses transatlantiques. Donc dans la continuité de mon parcours d’athlète de haut niveau, je trouvais ça normal de m’engager sur le Vendée Globe.

Justement, pour vous est-ce l’aboutissement de votre carrière, de participer à l’équivalent de la « Coupe du Monde » de la voile?

Oui évidemment. C’est l’épreuve la plus dure au monde je pense, tous sports confondus, car cela se passe en solitaire, on est très engagé et surtout il n’y a pas d’assistance. Quand on va être au sud de l’Océan indien ou du Pacifique, il n’y aura aucun secours, si ce n’est les autres concurrents qui peuvent éventuellement nous apporter une aide. Les secours peuvent mettre eux une semaine à nous retrouver dans cette partie-là du globe, si jamais on a un problème.

Donc on ne peut compter que sur nous ou sur ses propres concurrents. C’est ça aussi qui est très spécifique à la voile, c’est la solidarité des « gens de mer ». Mais pour moi ce n’est pas une finalité en soi, c’est un premier Vendée Globe pour moi et j’espère, j’en suis même certaine qu’il y en aura un deuxième dans la foulée en 2024 avec un bateau plus performant pour essayer d’attraper un podium. Mais avant de pouvoir parler de cela, un Vendée Globe il faut avant tout pouvoir le terminer, car statistiquement il y a plus de 50% des bateaux qui ne passent pas la ligne d’arrivée pour cause de casse ou autre, donc une chose après l’autre.

C’est quelque chose qui vous fait peur ?

Non cela ne me fait pas peur, je sais que cela va être dur voire très dur et je ne suis pas du genre à m’inquiéter à l’avance. Il sera bien temps de flipper en direct face aux éléments déchaînés et quand j’aurai pleins de problèmes à gérer (sourire). Donc pour l’instant je suis davantage focus sur la préparation de la course et sur le départ ce dimanche. Car on est quand même 33 bateaux sur la ligne de départ, donc il faut éviter de cartonner un concurrent dès le début (sourire). C’est important pour pouvoir terminer, car ce n’est pas toujours évident de manoeuvrer seule ces gros bateaux très puissants. Il faut rester lucide et attentive et la peur peut nous empêcher de le rester, donc il faut éviter d’atteindre ce sentiment.

Comment gérer la fatigue physique sur un périple de trois mois ?

En fait je fais des micro-siestes entre huit et vingt minutes à raison de quatre à six heures par jour par tranche de 24 heures et au moins une fois une heure complète toutes les 24 heures pour permettre à mon cerveau de faire un cycle complet de sommeil. Parfois, quand il y a moins de trafic sur l’eau et que les conditions météorologiques sont stables, j’arrive à dormir un petit peu plus. C’est sur qu’après un match on est content de rentrer chez soi, prendre une douche et manger un bon plat chaud. Ce qui ne va évidemment pas du tout être mon cas.

Il faut savoir qu’il y a moins de cent personnes qui ont réussi à terminer la course depuis le début de son existence il y a trente ans. Mais c’est une fierté de se dire que six des sept femmes qui ont déjà pris le départ ont terminé la course. Et cette année on est six au départ de cette édition 2020, donc on va peut-être doubler en une fois la mise des finishers féminines.
Alexia BarrierSkipper TSE - 4myplanet

Est-ce une fierté supplémentaire pour vous d’affronter en tant que femme ce Vendée Globe, dans la lignée de grandes navigatrices, d’autant plus avec votre association ?

Oui bien sur. Mon bateau s’appelle TSE – 4myplanet. TSE est une société de Sophia-Antipolis qui travaille sur les énergies vertes et qui produit de l’électricité via des panneaux solaires. Ça correspond totalement aux valeurs de mon association 4myplanet, que j’ai créée pour lutter pour la préservation des océans, la protection de l’environnement, et aussi pour des actions pour l’éducation. C’est donc très appréciable de pouvoir afficher ces couleurs sur mon bateau pour participer à cette course mythique qu’est le Vendée Globe.

Ensuite je suis très fière de faire partie des skippers qui sont au départ de cette course, car y être c’est déjà un challenge. Il faut savoir qu’il y a moins de cent personnes qui ont réussi à terminer la course depuis le début de son existence il y a trente ans. Mais c’est une fierté de se dire que six des sept femmes qui ont déjà pris le départ ont terminé la course. Et cette année on est six au départ de cette édition 2020, donc on va peut-être doubler en une fois la mise des finishers féminines. Et pourquoi pas retrouver l’une d’entre nous sur la plus haute marche du podium, je le souhaite à celles qui ont un meilleur bateau que moi, de faire briller les femmes dans cette course au large.

Ce week-end c’est donc votre départ, mais c’est aussi le derby entre Nice et Monaco. Qu’est-ce que cela vous évoque ?

Le derby va démarrer en même temps que la course la plus importante de ma vie, donc je peux dire que j’aurai une pensée particulière pour l’AS Monaco. J’espère qu’on va tous pouvoir se battre, moi comme une lionne, et les joueurs comme des lions. Je leur souhaite vraiment qu’il y ait un succès au bout de ce match spécial. Ensuite je ne veux pas être méchante mais je n’ai jamais vu l’OGC Nice comme une équipe exemplaire et « sexy » donc je n’ai même pas envie de la comparer à l’AS Monaco.

Allez-vous porter les couleurs du club durant votre périple ?

Bien sur, j’ai le maillot avec moi, et j’ai la carte du supporter qui est sur mon porte-cartes dans le bateau. Je suis de tout coeur avec l’AS Monaco, et j’espère qu’on arrivera chacun au bout de nos objectifs. Pour ma part ce sera de faire un bon départ et de terminer la course, et pour les Rouge et Blanc de remporter ce derby si important.

1 / 6


Retrouvez votre agence Triangle Intérim à Nice, 7 avenue de Bellet :

L'AS Monaco utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur). En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.