Fermer
Ligue 1 Uber Eats 23 octobre 2020, 15:53

Stevan Jovetic : "L'amour pour le football a gagné"

Stevan Jovetic : "L'amour pour le football a gagné"
Stevan Jovetic s'est exprimé face à la presse, à deux jours de la rencontre face à l'Olympique Lyonnais. L'attaquant monténégrin parle des difficultés qu'il a connues ces derniers mois et se projette sur cette saison.

Arrivé à l’AS Monaco en 2017, Stevan Jovetic a disputé contre Montpellier son 50e match avec le maillot à la Diagonale. L’attaquant monténégrin a répondu aux questions de la presse avant la rencontre face à l’Olympique Lyonnais, ce dimanche à 21h au Groupama Stadium, qui comptera pour la 8e journée de Ligue 1 Uber Eats.

Stevan, comment vas-tu après ces mois difficiles ?

Je me sens très bien. Cela fait deux mois et demi que je suis avec l’équipe et que je peux enchainer entraînements et matchs. J’ai joué quatre rencontres avec la sélection, en tant que titulaire ou en tant que remplaçant. A nouveau, je vais bien.

Tu sens que tu montes en puissance ?

Chaque jour, je me sens de mieux en mieux. Sur le plan individuel, je suis attaquant donc j’ai besoin de marquer et de faire des passes décisives. C’est ce que je fais depuis toujours et j’espère pouvoir le faire au prochain match. Contre Montpellier, nous avons bien joué, surtout en deuxième mi-temps. Nous nous sommes créés beaucoup d’occasions, mais nous avons besoin de marquer davantage, c’est certain.

Justement, l’AS Monaco marque moins ces derniers temps… Est-ce que cela fait douter ?

Toute l’équipe joue pour marquer et ne pas prendre de but. Nous n’avons pas de problème dans la tête, nous allons jouer une grande équipe lors du prochain match et j’espère que l’on va faire un résultat là-bas.

Chaque jour, je me sens de mieux en mieux. Sur le plan individuel, je suis attaquant donc j'ai besoin de marquer et de faire des passes décisives. C'est ce que je fais depuis toujours et j'espère pouvoir le faire au prochain match.
Stevan Jovetic

A quel poste te sens-tu le mieux ?

Dans ma carrière, j’ai joué à plusieurs positions sur le terrain. J’ai parfois été en tant qu’attaquant isolé, parfois à deux, sur le côté. Dans cette formation, qui est un 4-3-3, je me sens bien à gauche mais si je dois jouer un peu plus derrière, je serais aussi en mesure de le faire.

L’objectif étant d’aider Wissam Ben Yedder à ne pas être seul, afin qu’il puisse continuer sa bonne série ?

Je suis d’accord que c’est plus facile pour lui lorsqu’il est bien entouré dans l’axe plutôt qu’avec des ailiers qui longent la ligne de touche. On agit pour Wissam, mais aussi pour toute l’équipe.

Comment juges-tu le début de saison du Club ?

Je pense que nous pourrions avoir 3-4 points supplémentaires, mais c’est le football. Parfois, en ne jouant pas bien, il est possible de gagner. D’autres fois, c’est l’inverse. L’important, c’est que nous arrivions à jouer dans le but de marquer et de récupérer un maximum de points. Nous avons beaucoup de bons joueurs pour atteindre les places européennes.

Tu as joué dans quatre des cinq grands championnats. Est-ce plus difficile de marquer en France ?

C’est en Italie que c’est le plus difficile d’inscrire des buts. Si je devais faire un classement, je dirais qu’ensuite c’est en Angleterre, puis en Espagne et enfin en France.

Le fait d’être décisif avec ta sélection te donne de la confiance pour jouer avec l’AS Monaco ?

Chaque match avec la sélection est important. Nous disputons une compétition officielle avec le Monténégro, la Ligue des Nations. Je suis capitaine et c’est un vrai honneur. Sur les quatre rencontres disputées avec mon pays depuis le début de la saison, j’ai marqué trois buts et délivré une passe décisive, donc c’est bien.

Stevan Jovetic est un top joueur qui a de l’expérience, mais il a longtemps été blessé et on y va petit à petit avec lui. Il a besoin d’être protégé par rapport à son passif au niveau des blessures. On fait attention avec lui mais il progresse et montre de belles choses tous les jours à l’entraînement. Il marque, et se montre très décisif avec sa sélection également. C’est en lui laissant du temps qu’on va pouvoir l’accompagner vers son meilleur niveau.
Niko KovacEntraîneur de l'AS Monaco

Quel avis portes-tu sur Niko Kovac, arrivé cet été ?

Lorsque j’ai parlé avec quelqu’un de l’équipe, je lui disais que j’avais eu 29 entraîneurs dans ma carrière. Chaque coach a sa vision, et nous devons l’accepter afin de pouvoir réaliser ce qu’il désire. Niko Kovac a besoin de temps, il est arrivé il y a trois mois, mais déjà aujourd’hui on peut dire qu’il fait du bon travail.

Lorsque tu as connu ces différentes blessures, as-tu pensé à l’arrêt de la carrière ?

Les blessures sont des choses que tu ne peux pas contrôler. J’ai pris deux coups sur le genou. C’était une année difficile, mais je suis content de revenir et de pouvoir jouer. J’ai besoin de continuité et de régularité. C’est vrai que ça n’a pas été un moment facile, mais je joue au football depuis 23 ans et c’est une chose que j’aime beaucoup. L’amour pour le football a gagné.

L'AS Monaco utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur). En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.