Fermer
Ligue 1 Uber Eats 18 novembre 2020, 16:29

Axel Disasi : "Je suis prêt à assumer mes nouvelles responsabilités"

Axel Disasi : "Je suis prêt à assumer mes nouvelles responsabilités"
A deux jours de la réception du Paris Saint-Germain au Stade Louis-II (21h à huis-clos), en cette fin de trêve internationale, le défenseur central de l’AS Monaco s’est exprimé devant les journalistes.

On l’avait quitté le soir de la victoire dans le 99e Derby de la Côte d’Azur (2-1), qu’il avait terminé le brassard de capitaine au bras. Une trêve internationale plus tard, Axel Disasi a participé à la conférence de presse d’avant-match ce mercredi. A deux jours de la réception du Paris Saint-Germain au Stade Louis-II (21h à huis-clos), pour le compte de la 11e journée de Ligue 1, le pilier de la défense de l’AS Monaco est revenu sur les dernières semaines de travail des Rouge et Blanc. Extraits.

Concernant le statut de vice-capitaine, j’ai pris ma décision trois mois après être arrivé. Axel est un excellent jeune joueur qui est en train de se développer, qui travaille très dur. C’est également un homme fort avec beaucoup de caractère. C’est un leader qui a beaucoup de qualités. On a la chance de compter sur deux défenseurs centraux de qualité avec lui et Benoît (Badiashile). Je sais qu’il y a beaucoup de très bons joueurs à ce poste en France, mais je pense qu’il est le futur de la sélection tricolore. Mais dans un premier temps, il est surtout le futur de l’AS Monaco. On compte beaucoup sur lui et personnellement je crois beaucoup en lui et c’est pour cette raison que j’ai décidé de lui faire confiance.
Niko KovacEntraîneur de l'AS Monaco

Bonjour Axel. Quand on est un défenseur comme toi, on imagine qu’on a envie d’affronter des joueurs comme Neymar et Mbappé ?

C’est vrai que ce sont de très grands joueurs, donc pour le défenseur central que je suis, il est évident que les affronter est une satisfaction. On a envie de jouer ce genre de matchs. Même si de manière générale nous avons envie de donner le maximum contre toutes les équipes, c’est d’autant plus vrai lorsque l’on affronte de grands joueurs comme Neymar et Kylian Mbappé.

Les absences du côté du PSG vous offrent-elles davantage de possibilités sur ce match ?

Je pense qu’ils ont bien travaillé, ils ont un staff conséquent pour faire récupérer les internationaux qui reviennent de la trêve. Honnêtement je ne pense pas qu’ils seront diminués contre nous.

Que représente pour vous l’absence de votre capitaine Wissam Ben Yedder ?

On a perdu quelques gros joueurs c’est vrai. Mais on sait qu’on a un groupe de qualité et qu’on peut s’appuyer sur chacun des joueurs qui vont remplacer les titulaires habituels. En ce qui concerne Wissam, c’est un joueur de classe mondiale, tout le monde le sait. Sur le terrain il fait parler son expérience et sur ce match là il peut effectivement nous manquer. Mais encore une fois il y a aussi des joueurs de qualité qui vont faire en sorte de le remplacer et de bien figurer.

Comment as-tu appris que tu étais nommé vice-capitaine ?

Un matin le coach Niko Kovac est venu me voir et m’a expliqué les choses. J’étais très étonné au début, mais cela m’a rendu fier. Je dirais que j’ai franchi un palier en venant ici à Monaco. L’année dernière j’étais plus jeune, je découvrais la Ligue 1, j’avais moins de responsabilités. Avant j’apprenais auprès de Yunis (Abdelhamid), mais aujourd’hui je suis aux côtés de Ruben et Benoît qui connaissent bien la Ligue 1 et Caio qui la découvre, et je me sens aussi bien. Je suis prêt à faire face et à assumer cette nouvelle responsabilité.

On sait qu’on a un groupe de qualité et qu’on peut s'appuyer sur chacun des joueurs qui vont remplacer les titulaires habituels. En ce qui concerne Wissam, c’est un joueur de classe mondiale, tout le monde le sait. Sur le terrain il fait parler son expérience et sur ce match là il peut effectivement nous manquer. Mais encore une fois il y a aussi des joueurs de qualité qui vont faire en sorte de le remplacer et de bien figurer.
Axel Disasi

Tu es né à Gonesse en région parisienne, est-ce spécial pour toi d’affronter le PSG ?

Étant originaire de la région parisienne, c’est sûr que c’est toujours spécial de retrouver le Paris Saint-Germain que j’ai déjà affronté dans les échelons inférieurs, lorsque j’étais en formation. Donc oui effectivement c’est un moment un peu différent pour moi.

Comment avez-vous vécu l’annonce des nombreux cas positifs au Covid après le match de Nice ?

C’est vrai que quand on a appris qu’il y avait beaucoup de cas positifs à l’OGC Nice, juste après les avoir affrontés, c’était compliqué. On s’est posé des questions. D’autant que Wissam a dû quitter l’équipe de France quelques jours après l’avoir rejoint. Mais le Club a très bien réagi, il faut savoir que les règles pendant la trêve étaient très strictes. Nous nous sommes entraînés par petits groupes, et nous avions interdiction de nous doucher au centre d’entraînement, pour limiter les risques.

(Sur sa nomination en tant que vice-capitaine) Un matin le coach Niko Kovac est venu me voir et m’a expliqué les choses. J'étais très étonné au début, mais cela m’a rendu fier. Je dirais que j’ai franchi un palier en venant ici à Monaco. L'année dernière j’étais plus jeune, je découvrais la Ligue 1, j’avais moins de responsabilités.
Axel Disasi

Niko Kovac nous a dit qu’il pensait que tu étais le futur de l’équipe de France à ton poste. Est-ce que tu gardes la sélection dans un coin de ta tête ?

Si je me lève le matin, c’est pour être récompensé. Mais pour le moment, l’équipe de France n’est pas vraiment encore dans mon esprit. Je me concentre sur mon club, et suivant mes performances peut-être que la sélection viendra plus tard. Monaco est un club avec une très grosse exposition. Il y a toujours eu beaucoup de joueurs internationaux ici. Quand on a vu que Ruben était appelé la semaine dernière, on était tous très contents pour lui. Et si je suis appelé dans le futur je serai très heureux de répondre également à l’appel du sélectionneur.

En cas de bon résultat vendredi, que pouvez-vous espérer cette saison ?

Nous ne sommes qu’à la 11e journée, donc si jamais on venait à gagner contre le PSG, ce serait un signe, c’est certain. Même s’il est très difficile de tirer des conclusions après seulement onze journées. Nous allons d’abord nous appliquer à faire un gros match contre Paris et on verra.

Le match de Lyon a-t-il été un déclic pour l’équipe ?

Après ce match-là il y a eu beaucoup de discussions entre nous et avec le coach. On a vu ce qu’il ne fallait pas refaire et je pense qu’on a eu la meilleure réaction ensuite contre Bordeaux et Nice. On doit s’appuyer là-dessus pour les prochains matchs, pour tenter de continuer sur une belle série.

Kevin Volland va être votre leader d’attaque contre le PSG. Que peux-tu nous dire sur lui ?

Kevin c’est un joueur avec une grosse qualité technique et de finition. On a tous confiance en lui, en ses qualités d’attaquant. A lui de mettre des buts pour que cela confirme la bonne impression qu’il a laissé jusqu’à maintenant. C’est quelqu’un qui discute avec tout le monde dans le vestiaire, il s’est vraiment bien intégré, que ce soit avec ceux qui parlent français ou bien les étrangers, les joueurs expérimentés ou bien les jeunes. Donc tout le monde est content d’évoluer avec lui, que ce soit sur ou en dehors du terrain.

L'AS Monaco utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur). En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.