Fermer
Stats 14 avril 2021, 16:29

Comment l’AS Monaco est devenu imperméable

Comment l’AS Monaco est devenu imperméable
Portés par une attaque de feu ces derniers mois, la meilleure de l’élite en 2021, les Rouge et Blanc ont surtout retrouvé une solidité défensive sans équivalent en Ligue 1. Focus sur un secteur qui est (re)devenu une force.

Huit clean sheet sur les neuf derniers matchs, toutes compétitions confondues. Cet article pourrait très bien s’arrêter là, sur ce chiffre frappant. Un chiffre, parmi d’autres, qui illustre en tout cas très bien la consistance prise ces dernières semaines par la défense monégasque, devenue imprenable. C’est bien simple, depuis le 21 février dernier et le match retour remporté face au Paris Saint-Germain au Parc des Princes (2-0), les Rouge et Blanc n’ont encaissé qu’un seul but, Ligue 1 et Coupe de France comprises.

Il y a énormément de travail de notre part et qui est mis en place par le staff. Avec les bons résultats, on acquiert de la confiance et en continuant de travailler, on arrive à garder ce cap-là. J’espère qu’on va continuer sur cette lancée jusqu’à la fin de la saison.
Benjamin LecomteDans l'émission Football Show

Le fruit d’un travail considérable

Il était l’œuvre de Strasbourg et de Frédéric Guilbert, dans le temps additionnel, au cours de la seule défaite du club de la Principauté sur les 20 dernières rencontres. Hormis ce faux-pas en Alsace, le collectif de Niko Kovac est devenu complètement hermétique, là où il offrait souvent des cadeaux en première partie de saison. Plus question de faire des journées portes ouvertes, l’écusson de l’AS Monaco s’est désormais transformé en cadenas. Et pour cause, ce retour en grâce de l’arrière-garde azuréenne a plusieurs explications.

La première de toutes, c’est Benjamin Lecomte qui s’en est fait le relais : le travail. Neuf mois après son arrivée sur le banc monégasque, Niko Kovac, accompagné d’un staff qui s’est largement étoffé au fur et à mesure pour progressivement monter en compétence dans tous les secteurs (performance, tactique, nutrition, préparation mentale…), a vu sa méthode porter ses fruits. Après avoir essuyé quelques plâtres, le technicien croate a maintenant trouvé un bel équilibre, avec une équipe qui a parfaitement assimilé sa philosophie, et le système hybride dans lequel évolue aujourd’hui l’AS Monaco.

Un système hybride et des retours en forme

Une défense à quatre sur le papier, une construction à trois derrière, des latéraux très hauts et qui mangent la ligne, un double pivot au milieu qui avale les kilomètres et les ballons, une progression verticale, une aisance technique déconcertante devant… Que ce soit en 4-4-2 à plat, en 4-2-3-1, en 3-4-3, ou bien en 3-4-2-1, peu importe finalement. Chacun sait ce qu’il doit apporter au collectif et quand. Et si le pressing très haut à la perte de balle permet aux Rouge et Blanc de récupérer autant le ballon dans le camp adverse et de marquer nombre de buts. Le système de compensation imposé par Niko Kovac permet également de préserver davantage le but monégasque.

Ce qui est important, c'est la préparation des matchs. On fait un gros travail d’analyse de l’équipe adverse en regardant ses points faibles et points forts. Il est important que les joueurs sachent quoi faire avec et sans ballon. De plus, il y a de plus en plus de concurrence dans cette équipe et la bataille entre les concurrents est très forte. C’est bien.
Niko KovacEntraîneur de l'AS Monaco

Il est loin en effet le match de Lyon (défaite 4-1), où le onze partait à l’abordage pour prendre des vagues derrière à la perte de possession. Aujourd’hui, le club de la Principauté est parmi les équipes qui concèdent le moins d’occasions de but en Ligue 1. Et lorsqu’il fend l’armure, la muraille s’enclenche. Après le retour en grâce de Guillermo Maripán en 2021, rassurant derrière pour ses jeunes coéquipiers, et étonnant dans un rôle de finisseur devant (5 buts en Ligue 1), c’est le come-back d’Axel Disasi qui a contribué à solidifier l’arrière-garde. Depuis sa masterclass au Parc des Princes face à Kylian Mbappé, le jeune défenseur central tricolore a repris confiance en lui et ça se voit.

Un Benjamin Lecomte imprenable actuellement

Une confiance qui rejaillit au sein de l’ensemble de la défense. Peu ménagé par les observateurs en début de saison, touché par la Covid-19, puis victime d’une fracture à la main, soit la pire blessure à laquelle un gardien peut être confronté, Benjamin Lecomte a prouvé qu’il était revenu dans une forme internationale. Décisif à 0-0 contre Metz et Dijon très récemment, le portier azuréen a gardé sa cage inviolée à six reprises sur ses sept dernières sorties dont quatre d’affilée depuis Strasbourg. Il a donc largement contribué à faire de Monaco la troisième meilleure défense de l’élite en 2021, avec seulement 13 buts encaissés en 15 matchs (11 en 14 sorties pour Benjamin).

De fait, le club du Rocher n’a perdu qu’un seul de ses 17 derniers matchs de Ligue 1 à ce jour. Et il le doit bien évidemment à ses attaquants, mais en grande partie aussi à l’équilibre défensif de l’équipe. Car Niko Kovac le dit, c’est un travail collectif, réalisé en premier lieu par les éléments offensifs, qui sont les premiers gardiens du temple. Travail, débauche d’énergie, sacrifices… Pas étonnant donc de constater qu’un Aurélien Tchouameni a pris autant de poids en 2021, jusqu’à devenir le meilleur récupérateur de Ligue 1 cette année, avec 125 ballons grattés en 14 matchs disputés.

Une paire qui détonne et des jeunes qui cartonnent

Le compère de Youssouf Fofana dans la paire surnommée « Fanamenial » pour ses performances par ce dernier, est également au premier trimestre le meilleur tacleur du Big 5 européen, avec 64 tacles réussis (chiffres datant du 2 avril, ndlr), soit 18 de plus que toute autre joueur. Qualifié pour les quarts de finale de l’Euro Espoirs en compagnie de Benoît Badiashile – deuxième joueur le plus utilisé par Niko Kovac avec 2451 minutes de jeu -, durant la trêve internationale, « Tchouam’ » prend de l’épaisseur, à l’image de l’ensemble de ses jeunes partenaires, qui prennent confiance avec un temps de jeu conséquent.

Pas étonnant donc de constater que l’AS Monaco est aujourd’hui le troisième club de ce même Top 5 du Vieux Continent, qui donne le plus de minutes aux joueurs de moins de 21 ans. Le travail, la solidarité dans l’effort et la confiance. Voici donc les ingrédients qui font qu’aujourd’hui Niko Kovac dirige la meilleure équipe de Ligue 1 en 2021et l’une des meilleures défenses désormais !

L'AS Monaco utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur). En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.