Fermer
U19 20 octobre 2020, 12:00

Maël Caisson : "Je suis à l’AS Monaco depuis mes cinq ans"

Maël Caisson : "Je suis à l’AS Monaco depuis mes cinq ans"
Encore présente dans le top 5 des meilleurs centres de formation de France la saison dernière, l’Academy de l’AS Monaco est à l’honneur dans la nouvelle série "Rookie". Tout au long de la saison, nous allons vous faire découvrir des jeunes pousses du club. Pour ce troisième épisode, partez à la rencontre de Maël Caisson, capitaine des U19.

Retour en début de siècle. Né sur le Rocher de parents français le 16 décembre 2003, Maël Caisson se retrouve promené chaque week-end sur les différents terrains de la région pour aller voir son grand frère, de six ans son aîné, s’exprimer au poste de défenseur. Il n’en fallait pas plus pour déclencher une passion chez le jeune joueur de l’Academy. A cinq printemps seulement, Maël signe sa première licence en Principauté. Le joueur de 16 ans se souvient : « J’accompagnais mon grand frère aux matchs, je le voyais jouer et ça me donnait envie d’essayer. J’ai demandé à mes parents qu’ils m’inscrivent. Je suis toujours resté à l’AS Monaco depuis mes cinq ans ».

Maël s’est donc épanoui sur le Rocher, sans jamais le quitter… ou presque. « Au départ, mon parcours a été compliqué. Je n’avais pas confiance en moi, et ça a été le cas jusqu’à mes 10 ans », raconte celui dont les parents habitent à Menton. « Un jour, je suis allé faire un stage en Bretagne, et ça m’a donné beaucoup de confiance en moi, ça m’a fait travailler sur des aspects que je maîtrisais moins comme mon pied gauche ou la technique. Je suis ensuite revenu et j’avais pris de la confiance, mes coachs l’ont vu et ont dit à mes parents que j’avais changé. J’ai passé un cap », se souvient Maël, parti en stage grâce à son frère qui avait déjà passé ce même moment en Bretagne. « Je suis quelqu’un de très famille, je n’aime pas m’éloigner, donc au départ, je n’avais pas envie. Puis j’ai grandi et dès que j’ai dit à mon père que j’étais prêt, nous avons pris les billets d’avion ».

C’est une fierté d’être capitaine car cela veut dire que le coach a totalement confiance en moi. Je dois assumer et toujours être au top niveau pour emmener les autres avec moi.
Maël Caisson

Revenu en Principauté, le défenseur central a continué de grandir à l’AS Monaco, jusqu’à être admis à l’Academy en 2018. Cette année, Maël est le seul joueur du groupe U19 de l’an dernier qui n’a pas intégré l’effectif de N2, en raison de son plus jeune âge. « Je voulais évoluer un peu plus haut car je suis un compétiteur et j’aime me frotter à meilleur que moi, avoue le joueur de 16 ans. Mais je n’ai pas pris cela comme une sanction, je suis heureux d’avoir pu retrouver ma génération. » Les retrouver, et leur amener tout son savoir acquis l’an dernier. Maël est même devenu cette année le capitaine de cette génération U19. « J’essaie d’apporter mon calme et un esprit de leader, raconte celui qui évolue sous les ordres de Frédéric Barilaro et Gaël Givet. C’est une fierté d’être capitaine car cela veut dire que le coach a totalement confiance en moi. Je dois assumer et toujours être au top niveau pour emmener les autres avec moi ».

Lorsqu’il évoque le staff, Maël parle d’une « très bonne relation » avec son entraîneur et son adjoint. Il mesure la chance d’avoir à ses côtés un « ancien international français finaliste de la coupe du Monde 2006, qui a affronté des attaquants de très haut niveau comme Ronaldo, Zidane, Beckham, qui est allé en finale de la Ligue des Champions ». Sur Gaël Givet, le capitaine des U19 ajoute : « Dans l’art de défendre, il m’apprend à ne pas trop monter, à garder la profondeur, à être dur sur l’homme et à ne jamais lâcher. Lorsqu’il s’entraîne avec nous, il apporte toute sa gagne à son équipe. Si certains acceptent l’idée de perdre, il leur crie dessus. On apprend beaucoup de lui ».

C’est important de se concentrer sur l’aspect scolaire. On ne sait jamais ce qu'il peut nous arriver. Nous avons récemment vu un film sur un joueur de l'AS Roma à propos de cela. L'école nous éduque et nous apprend la vie, à parler, à écrire.
Maël Caisson

 

Une rage de vaincre qui paye depuis plus d’un an maintenant. Les U19 sont en effet invaincus depuis le début de la saison dernière. « Ca fait plaisir. Quand j’étais petit, ça m’arrivait de pleurer après une défaite. Je n’aime pas perdre. J’espère que cela va continuer toute la saison, car ça montre qu’on est les meilleurs. » Vainqueur 1-0 du MHSC dernièrement, le groupe U19 a une nouvelle fois démontré toute sa force de caractère pour aller chercher la victoire. Pendant cette rencontre, Maël se souvient d’ailleurs d’un « petit affrontement » entre lui et un joueur adverse. « Ça a commencé sur des paroles, puis je lui ai dit de venir sur mon côté. Résultat, il n’est pas passé une seule fois. A la fin du match, quand tu sais que tu as gagné ton duel, c’est une vraie fierté », raconte celui qui avait donné la main de Ricardo Carvalho le 27 octobre 2013. « J’avais les yeux et la bouche grande ouverte, j’étais choqué. L’an dernier, j’ai aussi eu la chance de jouer contre Ajaccio et Sochaux sur la pelouse du Stade Louis-II. C’était un truc de fou de jouer sur le stade des professionnels ».

1 / 4

Logé dans la Diagonale, le défenseur espère fouler à nouveau cette pelouse dans le futur. « C’est un objectif, avoue Maël. Si des joueurs comme Benoît et Chrislain y sont arrivés, alors je peux aussi le faire. Je les voyais à la cafétéria et on mangeait ensemble. Je suis vraiment très content pour eux car ils le méritent. Ils ont été très bons durant leurs années à l’Academy et j’espère qu’un jour, on se reverra sur le terrain et que l’on pourra jouer ensemble ». Mais avant d’en arriver-là, celui qui a pour idole Sergio Ramos, un joueur qu’il juge « dur sur l’homme, propre techniquement et leader », sait qu’il a « encore beaucoup de travail », notamment sur son jeu de tête offensif et son pied gauche, et qu’il ne devra « jamais lâcher » pour atteindre le haut niveau.

Dans l’art de défendre, il m’apprend à ne pas trop monter, garder la profondeur, être dur sur l’homme, ne jamais lâcher. Lorsqu’il s’entraîne avec nous, il apporte toute sa gagne à son équipe. S’il y en a qui acceptent l'idée de perdre, il leur crie dessus. On apprend beaucoup de lui.
Maël Caisson

Mais la marche est encore haute. Atteindre l’élite passe d’abord par la réalisation d’une bonne saison chez les U19, avec qui il aimerait « rester premier et aller chercher une place en playoffs », mais surtout « aller loin en Coupe Gambardella pour jouer sur la pelouse du Stade de France. Voir ce qui a été fait en 2016 par Mbappe, Alioui, N’Gakoutou, Diallo, Cardona, ça donne envie et ça fait rêver ». La tête sur les épaules, Maël, lycéen en dernière année d’un bac pro commerce, n’oublie pas pour autant les études. « C’est important de se concentrer sur l’aspect scolaire, conclut le capitaine des U19. On ne sait jamais ce qu’il peut nous arriver. Nous avons récemment vu un film sur un joueur de l’AS Rome à propos de cela. L’école nous éduque et nous apprend la vie, à parler, à écrire ». Ambitieux, mais soucieux de la réalité.

1 / 3

 

L'AS Monaco utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur). En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.