Fermer
Anciens 22 mai 2024, 09:32

"Mister" Claudio Ranieri, la rigueur tactique à l'italienne

"Mister" Claudio Ranieri, la rigueur tactique à l'italienne
L’AS Monaco souhaite une bonne retraite à Claudio Ranieri, ancien coach des Rouge et Blanc entre 2012 et 2014, et qui a décidé de mettre fin à sa carrière d'entraîneur après avoir validé la promotion de Cagliari en Serie A italienne.

Il est l’homme qui a permis à l’AS Monaco de remonter dans l’élite en mai 2013. Il est aussi l’homme qui a rapporté le premier titre de champion d’Angleterre dans l’histoire de Leicester en 2016. Claudio Ranieri, qui vient officiellement de prendre sa retraite d’entraîneur après avoir ramené Cagliari en Serie A, a passé deux années très riches sur le plan collectif avec les Rouge et Blanc de 2012 à 2014.

La première pierre d’un projet ambitieux

Souffrant à l’époque de l’image d’un entraîneur qui construit pour les autres mais ne gagne pas, le technicien italien accepte le défi proposé par le club de la Principauté et le Président Dmitry Rybolovlev. Et il est de taille : faire remonter l’AS Monaco dans l’élite après déjà une saison passée au purgatoire.

Lors de son arrivée sur le banc des Rouge et Blanc le 30 mai 2012, il y a tout à façonner, ou presque. D’autant que la deuxième division, on n’avait plus connu ça au pied du Rocher depuis l’exercice 1976-1977 et la remontée immédiate menée par le grand Delio Onnis, qui participera dans la foulée au doublé improbable avec le titre de champions de France 1978.

Autant dire que la tâche était immense pour Claudio Ranieri, qui reprend alors un club qui a échoué à la 8e place de Ligue 2 avec le plus gros budget du championnat. C’est donc donc avec beaucoup d’intérêt, que quelques dizaines se massent sur la piste d’athlétisme du Stade Louis-II, pour interroger le technicien italien sur son choix de rejoindre la Principauté.

Honnêtement avec le recul, je donne tout le crédit au coach. Il a bien su gérer l’équipe, même si ce n’était pas facile la première année. Mais on a réussi à finir à la deuxième place en Ligue 1 et à qualifier l’AS Monaco pour la Ligue des Champions. C’est juste dommage qu’il soit parti, car il méritait de continuer son parcours ici.
Ricardo CarvalhoA propos de Claudio Ranieri

Un mercato de haute volée

Pour mener à bien cette opération remontée, Monaco réalise un mercato d’été très ambitieux, avec la signature de Lucas Ocampos en tête de gondole. L’espoir argentin qui arrive en provenance de River Plate, comme son glorieux aîné Marcelo Gallardo, présente à l’époque le transfert le plus important de l’histoire de la Ligue 2. Mais Claudio Ranieri enregistre également les recrutements d’Emmanuel Rivière, Mounir Obbadi, Nabil Dirar ou encore Andrea Raggi.

Sans oublier le retour au bercail de Flavio Roma, finaliste de la Ligue des Champions 2004 avec la génération Ludovic Giuly. Un recrutement XXL, qui doit permettre à l’entraîneur transalpin de poser ses principes de jeu, et de retrouver ainsi l’élite du football français avec ses nouvelles couleurs.

Le début d’une grande ère pour l’AS Monaco

La mayonnaise prend directement avec l’expérimenté coach transalpin, et les Rouge et Blanc remplissent leur objectif au mois de mai, avec une remontée validée à Nîmes, grâce un but de la révélation Ibrahima Touré (18 buts en 35 matchs cette saison, ndlr). Dans la foulée, la remontée en Ligue 1 est synonyme de changement de dimension pour l’AS Monaco. Le Club voit grand, et permet à Claudio Ranieri d’attirer le duo colombien Radamel Falcao – James Rodriguez, ainsi que le milieu de terrain portugais Joao Moutinho.

Geoffrey Kondogbia, Jérémy Toulalan, Eric Abidal, Ricardo Carvalho, Anthony Martial et Fabinho notamment complètent ce mercato XXL. Résultat, le club de la Principauté tient tête à l’ogre Paris Saint-Germain, jusqu’à atteindre finalement la deuxième place du championnat, battant sur le coup le record du nombre de points inscrits par un dauphin de l’élite (80 points).

Un ratio de victoires élevé et un souvenir impérissable

Seulement la demi-finale de Coupe de France perdue face à Guingamp entame quelque peu le bilan de Claudio Ranieri, qui termine finalement son parcours avec l’AS Monaco. Avec les Rouge et Blanc, il totalise finalement 86 matchs, pour 51 victoires (60% de succès), en deux saisons à la tête de l’équipe.

Il connaîtra ensuite une formidable expérience avec Leicester donc, avec un titre de champion d’Angleterre improbable à la clé. Les supporters monégasques gardent en tout cas l’image d’un entraîneur classe, foncièrement gentil et très accessible. Celui qui a lancé le grand projet du Président Dmitry Rybolovlev à l’AS Monaco. Grande Claudio ! 🇮🇹

Rise. Risk. Repeat.